"J’ai rendez vous avec :" Laurent CAPPELLETTI




Le responsable des Républicains s’explique au micro de Pierric-Joël Loubat sur le séisme médiatique qui bouleverse la campagne électorale, le candidat choisi aura-t-il le soutien de tous ceux qui l’on désigné ? Le besoin de transparence et l’exigence des citoyens de tous les partis confondus devient pour la première fois un enjeu de campagne que les candidats n’avaient pas soupçonné.

Les affaires à répétition, les scandales financiers ont fini d’écoeurer les citoyens qui ne veulent plus de mafieux, de corrompus où de prises d’intérêts personnels abusifs. Car les discours populistes qui mettent l’éthique en politique au coeur de leur programme sont toujours contrerversés par leur réalité de vie.

Au final, quel que soit le discours, le principal n’est-t-il pas un problème de confiance que l’on accordera ou pas aux candidats ? Le candidat des républicains pourtant donné au départ largement gagnant fait le travail du Front National en dévoilant une triste réalité. On ose imaginer le dessous de l’iceberg... Monsieur Fillon avait presque réussi à faire oublier qu’il avait été le Premier ministre de Monsieur Sarkozy empétré lui aussi dans de nombreux dossiers où le jeu est de jouer avec les mots et la ponctuation du calendrier judiciaire pour gagner du temps sur les explications qu’il faudra un jour donner... Bygmalion, Kadafi et les milliers de morts de conséquences directes avec une vague d’immigration sans précédent, etc.

Malgré la bonne volonté des militants désemparés, le maintien du candidat Fillon sera-t-il tenable ou souhaitable ? En tout cas, sa campagne reste inaudible car la goutte d’eau a fait deborder le vase bien chargé des affaires en tout genre qui saturent l’électorat qui doit vivre au quotidien et pour sa grande majorité avec des montants tellement ridicules proportionnellement...